Les Forces Démocratiques pour la République (FDR) invitent le chef de l’État à créer les conditions pour la mise en branle d’une vraie cohésion nationale afin de faire bloc au terrorisme. C’est l’essentiel d’une conférence de presse animée ce mercredi 10 Août 2022 par les premiers responsables de ce parti.

Pour le parti dirigé par Me Apévon, l’une des conditions pour l’effectivité de la cohésion nationale est la décrispation du climat politique par le biais d’une loi d’amnistie permettant de relâcher tous les prisonniers politiques et de permettre le retour des exilés. Me Apévon exhorte les autorités au respect des libertés fondamentales notamment les libertés individuelles et collectives seuls gages pour donner la possibilité aux partis politiques de circuler librement sur le territoire dans le but de sensibiliser leurs militants et les populations sur les questions liées au terrorisme, et obtenir leur adhésion à cette lutte.
Les FDR préconisent la lutte contre la pauvreté de manière efficiente et efficace. Ils demandent aux gouvernants d’œuvrer pour permettre aux populations de subvenir aux besoins fondamentaux (se nourrir, se soigner et s’éduquer). Selon les responsables du parti aux couleurs violettes, la pauvreté constitue un terreau fertile pour le terrorisme.
« Nous sommes d’accord qu’il faut une cohésion nationale face au terrorisme mais il faut qu’on remplisse des préalables pouvant permettre de créer cette cohésion nationale« , a déclaré Me Dodji Apévon, président national des FDR.

La question de la vie chère qui hante le sommeil de beaucoup de togolais n’a pas échappé à la loupe des FDR. En effet, les Forces Démocratiques pour la République ont listé une série de propositions à l’endroit du gouvernement.
La suspension provisoire des tarifs de péage ou à défaut, leur réduction, la réduction conséquente de la taxe sur les véhicules à moteur (TVM), le relèvement de la subvention des produits pétroliers devant entraîner la baisse des prix des produits pétroliers, la baisse des taxes sur l’importation des produits de première nécessité, l’augmentation du salaire de tous les secteurs, relever le smig et lutter efficacement contre la corruption.

La question de la décentralisation a également meublé cette rencontre entre les FDR et la presse. Me Apévon dénonce une décentralisation sur fond d’infantilisation des maires par le truchement des modifications tout azimut des textes régissant le procèssus. « La décentralisation est en péril« , a laissé entendre Me Apévon. Il a profité de l’occasion pour inviter le gouvernement à doter les communes de moyens adéquats pour le développement à la base et de surseoir au projet des élections régionales qui non seulement est bujetivore mais n’apportera rien de nouveau sauf la création d’un SÉNAT.

L’ancien bras droit du Feu Me Agboyibor a une fois encore martelé la nécessité pour l’opposition de s’unir mais une union sincère et honnête, la meilleure voie pour parvenir à l’alternance politique tant souhaitée.

I228 célèbre KARSIS SENATOR FEAT SETHLO

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici