Le secteur culturel togolais crève sous le poids de la crise sanitaire avec l’absence des concerts, les cabarets, les scènes lives et les festivals depuis près de deux ans. Une situation qui n’arrange guère les conditions de vie des acteurs du domaine malgré les quelques ouvertures qui ne profitent qu’à une minorité d’artistes. Longtemps sans mots, l’AMIAP-TOGO, Association des Musiciens Instrumentistes et Arrangeurs Professionnels du Togo brise son silence et se donne pour objectif de bouger les lignes au cours d’une rencontre avec les hommes de médias le vendredi 21 janvier 2022 à Lomé.

Entre le silence des autorités en charge du secteur culturel, les décisions de riposte contre la Covid-19, l’annulation pure et simple de toutes activités liées à la culture, les sujets à l’ordre du jour ont porté sur l’impact de la situation sanitaire sur la vie des musiciens, le désintéressement des instances gouvernementales vis-à-vis de la musique togolaise, l’existence des droits voisins et la nécessité de consommer la musique togolaise. Le choix porté sur les médias n’est pas l’effet d’un hasard pour le président Baba Solo, « nous avons choisi cette voie pour nous exprimer, sans être bien sûr agressifs, pour juste exprimer nos inquiétudes, permettre à la population de savoir ce que nous vivons lorsqu’ils nous invitent pour les fêtes, même les personnes avisées qui nous demandent lorsqu’ils ont des campagnes de sensibilisation, nous y allons et après on ne nous demande même pas ceux à quoi nous faisons face« , a-t-il expliqué. Pour le vice-president David Kokoroko, « cette rencontre est une opportunité pour voir les lignes bouger à cause d’un certain nombre d’évènements qui se sont produits qui mettent en mal le secteur culturel« , a-t-il ajouté.

Pour les réflexions liées aux droits voisins des musiciens instrumentistes qui jouent un rôle non négligeable dans la production d’une chanson ou d’une œuvre musicale, Baba Solo estime que « c’est un mérite et non une aide pour les musiciens instrumentistes, et que le BUTODRA, Bureau Togolais du Droit d’Auteur est dans l’obligation de verser des fonds aux musiciens instrumentistes chaque année afin de leur permettre de profiter du fruit de leur travail accompli ».

Pour rappel, l’Association des Musiciens Instrumentistes et Arrangeurs Professionnels du Togo, AMIAP-Togo, est constituée le 13 Mars 2020 de la volonté des musiciens instrumentistes d’avoir une seule voix et d’être assez représentatifs dans le monde culturel togolais.

I228 célèbre Juliano & Kiko

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Résoudre : *
5 × 1 =