05 gendarmes blessés et admis aux soins, des armes emportées et des dizaines de véhicules saccagés, c’est le bilan des événements malheureux intervenus ce matin très tôt à Lomé et à Sokodé.

Devant la presse ce samedi 23 novembre à son cabinet, le ministre de la sécurité et de la protection civile, le général Yark Damehane avec à ses côtés, son collègue des droits de l’homme chargé des relations avec les institutions de la république, Christian Trimua, a tenu à faire le point des événements ci-dessus.

Dans son récit au ton menaçant, le général a révélé que c’est aux environs de 02h ce samedi 23 novembre que des individus au nom d’une insurrection armée se sont attaqués à une patrouille de la gendarmerie au niveau de l’échangeur d’Agoè et ont réussi à blesser trois (03) gendarmes dont un poignardé et un blessé à la tête.

Selon les propos du ministre, ces mêmes individus aux idées macabres ont attaqué et blessé deux (02) gendarmes en poste au niveau de l’institution financière « la banque Atlantique » à Agoenyivé.

La station de service « l’étoile du soir » située dans la même contrée a subi les affres de ce groupuscule habillé en noir avec des voitures saccagées.

Les mêmes personnes ont tenté de s’attaquer à la gendarmerie d’Agoènyive mais en vin puisque repoussées et l’incendie déclenché par les cocktails molotov lancés au sein de la gendarmerie vite maitrisé.

Ce groupe d’agitateurs qui a programmé la date du 23 novembre 2019 pour agir a également sévit à Sokodé en voulant bloquer la nationale numero 1 et blessant deux (02) gendarmes en service au niveau de la station d’essence à côté du marché emportant les armes d’un gendarme.

Le général a mentionné que quatres (04) AK47 ont eté emportées par ces personnes.

Avec une fermeté inouïe, le ministre, a annoncé qu'<< ils seront recherchés, retrouvés et seront traduits en justice >>.

Il a poursuivit en rassurant la population que le gouvernement prendra toute les mesures pour assurer la protection de tous les citoyens.

Prenant la parole, le ministre Christian Trimua a profité pour mettre en garde toute personne ou groupe de personnes qui oseront entraver le processus électoral pour les présidentielles de 2020. Le ministre a promis que le gouvernement ne sera pas flexible face aux déstabilisateurs et qu’il n’y aura pas de mesure d’apaisement.

Les deux émissaires du gouvernement n’ont pas manqué de flinguer les acteurs de l’opposition et de la société civile en les appelants en se démarquer de ces comportements lors de leurs manifestations politiques.

LA UNE DE SIKA DIGITAL

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Résoudre : *
20 × 24 =