Akouvi Honkou, Directrice exécutive de l’association coude à coude pour le développement féminin (CCDF), nous parle des actions, des objectifs, des activités menées et les perspectives d’avenir. Interview.

Informateur228 – Madame Akouvi Honkou, vous êtes la directrice exécutive de l’association CCDF, présentez-nous votre association !

Madame Hounkou – CCDF est une organisation féminine de la Société Civile Togolaise. Elle œuvre pour l’autonomisation économique, sociale et le leadership des femmes, l’égalité des droits, l’élimination des violences faites aux femmes et filles; et le bien-être des enfants. Elle est créée en 2012 et a son siège à Lomé.

Q – Quels sont les objectifs de votre association ?

R – Nous parlerons plutôt de notre mission qui consiste à garantir aux femmes, surtout à la base, la pleine jouissance de leurs droits fondamentaux dans toutes les sphères de la vie et à tous les niveaux. Par ailleurs, susciter en elles la volonté active du changement positif, devant leur permettre de s’imposer comme des êtres à part entière dans un monde qui ne leur est pas toujours favorable.
Nous comprenons que les femmes doivent être actrices de leur propre développement et nous travaillons pour.

Q – Quelles sont Les moyens d’action et les réalisations de votre association sur le terrain depuis sa création ?

R – Pour atteindre nos objectifs, nous mettons l’accent sur les formations, les sensibilisations, les renforcements de capacités, des accompagnements et appuis techniques dans divers domaines. Au risque de ne pas en finir, nous partagerons avec vous seulement un aperçu de nos réalisations:

✔️ Nous avons créé un centre de formation et d’appui aux initiatives féminines, dénommé « Maison de l’Entrepreneuriat des femmes » qui a formé et accompagné à ce jour plus de 2000 femmes, jeunes filles et jeunes gens dans les activités génératrices de revenus (AGR), la gestion financière et l’entrepreneuriat;

✔️ Grâce à nos programmes, des femmes qui ne pouvaient pas auparavant parler en public ont acqui l’autonomie et s’impliquent davantage dans la gestion de leurs communautés. En plus des AGR, elles suivent régulièrement des formations sur les mécanismes juriques mis en place dans notre pays pour la protection des droits des femmes. Elles sont membres de nos groupes organisés en réseau dénommé « Le Maillon ». Le maillon compte plus de 150 femmes à Lomé, Sanguera et Agbodrafo;

✔️ Chaque année nous assurons la scolarité et les besoins nutritionnels de 150 enfants vulnérables.
Nous organisons en faveur de ces derniers des ateliers créatifs et de larges distributions d’habits et de jouets;

✔️ Nous avons initié plus de 1500 femmes et plus de 800 jeunes à l’informatique;

✔️ Nous offrons à d’autres OSC notre appui organisationnel et les accompagnons dans l’élaboration de leurs projets.

Q – Quelles sont les Perspectives du CCDF ?

R – Nous lancerons dans les semaines à venir notre « Académie du Genre et du Leadership Féminin » qui a pour vocation de former et d’orienter les jeunes femmes dans les domaines du droit, de gouvernance, du genre, du leadership et de développement personnel.

Nous envisageons d’élargir la Maison de l’Entrepreneuriat des Femmes vers l’intérieur du pays pour en faire bénéficier les femmes et jeunes filles rurales.

Q – Le monde est secoué par la covid-19 et le togo n’est pas épargné. Parlez-nous du CCDF et la pandémie ?

R – CCDF est restée très active dans la lutte contre la covid-19.
Dès l’annonce du 1er cas, nous avons initié la Plateforme des Volontaires pour la Prévention et la Lutte contre la Propagation du Coronavirus au Togo (PVPLC). La plateforme, officiellement mis en place le 10 mars 2020, est composée d’associations et ONG, ainsi que de personnes physiques.
Sous l’égide de CCDF, elle a mené plusieurs actions: sur les réseaux sociaux, nous avons mené une campagne de sensibilisation avec nos productions de messages audios réalisés en français et en langues nationales.
Sur le terrain, nous avons mené une sensibilisation active avec la confection et distribution d’affiches (autocollants) véhiculant les messages de prévention. Nous avons aussi distribué des caches-nez. Nos actions ont été menées à Tsévié, Lomé, Agoè.

Très récemment CCDF, avec la volonté de faciliter l’accès de produits désinfectants à tous, a formé les femmes de Kohé en fabrication de gel hydroalcoolique et de détergent liquide.

Interview réalisée par Elom ADABE

LA UNE DE SIKA DIGITAL

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Résoudre : *
18 + 22 =